Comment entretenir son matériel outdoor : 5 réparations à faire soi-même

Comment entretenir son matériel outdoor : 5 réparations à faire soi-même

Thématiques

Partir à l’aventure, ça demande des vêtements et du matériel de qualité. Raison de plus pour en prendre soin !

Dans ce guide, on vous donne nos meilleurs conseils pour entretenir et réparer vous-même vos équipements outdoor afin de prolonger leur durée de vie : réparer une fermeture éclair, nettoyer un sac de couchage, réparer un accroc dans une veste technique...

Et si votre matériel est trop abîmé pour être réparé à la maison, la marque Au Vieux Campeur, partenaire de ce guide pratique, vous propose de l'envoyer directement dans leur atelier de réparation, qu'on vous présente en fin d'article.

Table des matières

L’équipement outdoor : plus polluant et plus cher que les vêtements du quotidien

Les vêtements que vous portez en rando, à vélo ou dans toutes vos activités d’extérieur sont généralement plus polluants à fabriquer que leurs équivalents du quotidien. En effet, leurs performances techniques (légèreté, imperméabilité, aération) viennent de matières complexes, souvent synthétiques, très coûteuses d'un point de vue environnemental.

Certes, il y a du progrès : la grande époque des PFC (composants qualifiés de “polluants éternels”, qu’on retrouvait aussi dans le fond de nos poêles avant de se rendre compte de leur toxicité) semble être derrière nous et certains labels (le plus connu étant Bluesign) définissent d’excellents standards de fabrication. Mais le lavage et la teinture des vêtements “techniques” utilisant des matières synthétiques comme le polyester, l’élasthanne ou le Gore-Tex consomme plusieurs dizaines de milliers de litres d’eau par pièce, et rejettent au total jusqu’à 240 000 tonnes de microparticules par an dans la nature…

Pour couronner le tout, ces équipement sont également coûteux d'un point de vue financier. Difficile de trouver une veste en Gore-Tex à moins de 300€. Quant aux sacs de couchage, tentes et autres matelas de bivouac, l'addition peut s'envoler à toute vitesse. Pourtant, difficile de se passer de certains de ces équipements quand on pratique régulièrement.

La solution écologique et financière : s'acheter des vêtements et équipements de qualité une bonne fois pour toute, et les faire durer plus longtemps possible, grâce à l'entretien et la réparation.

Bref, si on devait retenir deux choses :

  • Les vêtements outdoor, ça pollue beaucoup et ça coûte cher
  • Faire durer son matériel, c'est archi-vertueux pour la planète et pour le portefeuille

5 réparations d’équipement outdoor à faire soi-même

Si ça semble normal de flipper à l’idée de réparer du matériel technique, au final, ce n’est pas plus compliqué que de repriser une vieille paire de chaussettes. Il suffit d'acquérir les bons gestes. On a choisi pour vous les réparations les plus simples et qui correspondent aux situations les plus fréquentes.

Ces conseils sont faits pour vous rendre plus autonomes dans votre pratique et vous permettre de rebondir facilement en cas de pépin. Sur le long terme, certains d’entre-eux ne pourront pas remplacer une réparation professionnelle. 

1. Réparer un accroc dans une matière technique (Gore-Tex, tente, duvet…)

La solution à vos problèmes ? La toile de spi adhésive. Le spi, c’est cette matière archi-légère et solide utilisée aussi bien pour créer des voiles de bateaux que des cerfs-volants. Cette matière constitue la solution idéale pour patcher tous les tissus synthétiques qui présentent un petit accroc qui menace de s’agrandir. Très efficace dans les situations où un fil et une aiguille ne feraient qu’abîmer la matière !

Ici, la réparation sera effectuée sur une veste softshell The North Face de 2013, déjà bien usée par 10 ans de pratique.

Durée :

10 minutes

Matériel :

  • Rouleau de toile de spi
  • Ciseaux ou outil multi-fonctions type couteau suisse

Etapes :

  1. Nettoyez et séchez la surface à réparer.
  2. Coupez les fils qui dépassent si il y en a.
  3. Coupez un morceau de toile de spi avec un débord d'environ 2cm autour de la zone déchirée.
  4. Arrondissez les bords pour éviter que les coins se décollent facilement avec les frottements.
  5. Collez votre morceau de spi et évacuez les bulles d’air en appuyant du centre vers le bord.
  6. Et pour encore plus de solidité, reproduisez la même opération de l’autre côté.

{{bloc-newsletter}}

2. Laver un sac de couchage ou une doudoune en plume

La plume, c'est l'élément essentiel si on a besoin d’avoir (vraiment) chaud ! Contrairement aux rembourrages synthétiques, moins efficaces mais plus faciles à entretenir, la plume nécessite de s’y prendre avec précaution, que ce soit avec une doudoune ou un sac de couchage.

Durée :

  • 2 heures (lavage + séchage)
  • 3 jours pour le séchage complet

Matériel :

  • Lessive spéciale adaptée aux équipement “avec plumes”
  • 3 balles de tennis, ou balles de lavage en plastique prévues à cet effet et vendues en magasin spécialisé‍

Étapes :

Lavage

  1. Lisez attentivement la notice sur l’étiquette ! Chaque fabricant a ses spécificités sur la température exacte de lavage ou les conseils de séchage, nos conseils devront être pris en compte en fonction.
  2. Achetez une lessive spéciale dans votre magasin outdoor le plus proche.
  3. Secouez bien votre sac de couchage pour aérer les plumes et enlever les micro-déchets, refermez-le et mettez-le dans le lave-linge. 
  4. Ajoutez 3 balles de tennis, ou des balles de lavage spéciales vendues dans le commerce. Elles servent à brasser les plumes du duvet pendant que le cycle tourne.
  5. Réglez le machine sur 30°C en cycle "doux" ou "fragile".
  6. Essorez délicatement votre duvet à la main. Si votre machine ne vous laisse pas le choix, choisissez un essorage très délicat.

Séchage

  1. Si vous possédez un sèche-linge : 3 cycles de 15 minutes à très basse température, avec les fameuses balles de tennis. Déliez les paquets de plume à la main entre chaque cycle.

    Pas de sèche-linge ? Passez au point 2.
  2. Finissez le séchage à l'air libre et au soleil si possible.
  3. Ne suspendez jamais le sac à un fil ! Étendez-le bien à plat et retournez-le régulièrement pour un séchage homogène. 
  4. Soyez patients avant de le ranger car l’humidité pourrait faire pourrir votre sac. Même si il a l’air sec de l’extérieur, ça prend du temps !

Si vous possédez un sac de couchage ou une doudoune synthétique, ces étapes fonctionnent aussi. Votre lessive n’a pas besoin d’être spéciale plumes (même si elle fonctionnera très bien), et le temps de séchage sera réduit. Pensez, là aussi, à bien faire attention aux recommandations du fabricant.

3. Réparer un accroc dans un vêtement en coton (ou en tissu non-membrané)

On y reviendra toujours : le fil et l’aiguille, le duo incontournable de toutes les réparations du monde : un pantalon de rando, un jean, une chaussette, un t-shirt ou tout autre pièce de tissu à base de coton, de laine ou de polyester non-membrané. Évitez cependant les membranes “techniques” comme le Gore-Tex ou le synthétique pur en général.

Durée :

De 10 à 20 minutes selon la taille de l’accroc

Matériel :

  • Fil
  • Aiguille

Ne pas hésiter à adapter le type et taille du fil et de l’aiguille en fonction du tissu à réparer, surtout si le tissu est épais ou que l’accroc doit encaisser des chocs.

  • Fil polyester n°100 : parfait pour tous les tissus standard (t-shirts, jeans, vestes simples…)
  • Laine à repriser 4 fils : pour les bonnets, écharpes ou pulls
  • Fil élastique élasthanne / polyamide : pour les tissus extensibles
  • Fils de lin “au chinois” : pour le cuir, voire les pneus de vélo

Étapes :

  1. Passez le fil dans le chas de l’aiguille et n’oubliez pas de laisser un peu de marge.
  2. Faites un nœud plus loin dans votre fil avant de le passer pour la première fois dans le tissu afin de créer une “butée”. Une fois le fil passé dans le tissu au bord de l’accroc jusqu’à ce que le nœud vienne se bloquer contre la maille, passez à la suite.
  3. Faites tout le tour de l’accroc en passant l’ aiguille au-dessus, en dessous, au-dessus, etc. Comme ça, on renforce le contour de l’accroc et donc la réparation.
  4. Puis, toujours avec le même fil, faites des aller-retours entre les deux bords. Vous pouvez tirer un peu sur le fil pour “refermer le trou”.
  5. Enfin, finissez avec un noeud: Il suffit de faire une boucle avec le fil, et de passer l’aiguille dedans. C’est terminé !

4. Changer un curseur de fermeture éclair

Incroyable mais vrai : la fermeture éclair qui coince est l’un des facteurs principaux d’abandon de matos dans le placard. C’est triste, mais on va remédier à ça ! Un curseur défaillant se change en une minute chrono, cette astuce vaut d’ailleurs autant pour les vestes que pour les jeans, les tentes ou les sacs à dos.

Durée :

10 minutes

Matériel :

  • Pince coupante (préférence pour les modèles “devant” comme ci-dessous)
  • Curseur neuf
  • Butée neuve en métal

Étapes :

  1. Trouvez la butée de votre fermeture. C’est un petit renfort, généralement en plastique, qui l’empêche votre curseur de sortir. Sur une veste, il est situé en haut, à ne pas confondre avec le machon, qui sert à joindre les deux parties de votre fermeture avant de la fermer.
  2. Coupez la butée à l’aide de la pince coupante, sans attaquer le tissu.
  3. Faites glisser le vieux curseur pour le faire sortir. S’il est tordu ou endommagé, c’est plus compliqué, mais pas impossible de le casser si vous avez une bonne pince. Attention à ne pas abîmer la fermeture.
  4. Installez le nouveau curseur. Faites attention à le mettre dans le bon sens ! Sinon ça marche moins bien…
  5. Ensuite, forcez légèrement pour faire passer le curseur sur la bande de renfort. Vous voilà avec un curseur flambant neuf !
  6. Munissez-vous d’une nouvelle butée.
  7. Placez-la à cheval sur la bande de renfort, à l’endroit où se trouvait la précédente.
  8. Utilisez la pince pour la resserrer. Si vous avez plusieurs pinces, une pince à bec long vous rendra la tâche encore plus facile.

5. Les 7 indispensables pour tout réparer en aventure

Pour finir, voilà une liste d’indispensables à emmener avec vous en aventure, pour moins de 200 grammes au total ! Déchirures, cordons qui lâchent, fermoirs de sac à dos défaillants ou sangles de sacoches de bikepacking décousues, autant de problèmes qui ont une réparation “low tech” à faire rapidement… Avant une vraie réparation !

Un outil multi-fonctions

Que ce soit un bon vieux couteau suisse ou quelque chose de plus complexe (un modèle avec pince type Leatherman est parfois utile mais plus cher et plus lourd), ce genre d’outils est indispensable pour toutes les réparations de fortune.

Des colliers de serrage ou “serflex”

C’est bête et méchant, mais avoir quelques serflex sur vous permettra de faire tenir un clip de fermeture qui menace de casser, assurer le maintien d’une sacoche de vélo dont le strap est en train de lâcher ou de réparer toutes sortes de fixations. Certains sont réutilisables, pensez-y !

Des patchs et de la colle pour matelas gonflable

Suivez les instructions de votre kit de réparation (étapes, temps de séchage) pour vous assurer d’une bonne réparation.

Un rouleau de toile de spi

On en a déjà parlé, idéal pour bien réparer les accrocs sur les tissus synthétiques. Certaines toiles sont universelles, d’autres plus adaptées pour les vêtements ou les tentes.

De la corde fine en nylon

On vous laisse choisir votre épaisseur préférée, mais avoir 1 ou 2 mètres sur vous permet de réparer un cordon sur un coin de tente, de réparer un cordon pour serrer sa capuche, de se faire une ceinture de fortune, de réparer un lacet… Bref, c’est utile pour à peu près tout !

Un fil et une aiguille

Déjà expliqué plus haut, avec un fil et une aiguille, on peut réparer beaucoup de choses. Apprenez les points de base en plus de celui qu’on vous a présenté et vous pourrez même réparer les choses les plus folles… Sachez qu’il est possible de recoudre un pneu de vélo avec du fil ciré !

Du scotch imperméable

Un peu comme de la toile de spi, ce gros scotch utilise une colle spécifique qui le rend imperméable. C’est un miracle pour les fonds de sacs à dos, de tentes ou pour le revers de certains pneus de vélo.

175 grammes à ajouter dans son sac pour parer à toute éventualité.
Ces astuces de réparation et d'entretien couvrent la plupart des besoins de réparation, chez soi comme en pleine nature.

Si vous souhaitez qu'on rajoute des astuces à ce guide, envoyez-nous un message sur Instagram @rectoverso.club ! Il sera mis à jour régulièrement.

CO.TE.NOR, un atelier dédié à la réparation du matériel outdoor

Pour les réparations plus complexes ou les dégâts plus importants, faire appel à des mains expertes comme celles du Vieux Campeur est clairement le meilleur calcul.

L’histoire dure depuis 1986. La marque Au Vieux Campeur, avec qui nous réalisons ce guide, a toujours souhaité proposer un moyen concret de faire durer toutes les pièces vendues dans ses magasins, tout en maîtrisant la fabrication des produits de sa propre marque. Co.Te.Nor, pour Confection Technique de Normandie, c’est le nom de cet atelier situé à Vimoutiers, au cœur de la Normandie, et duquel nous avons tirés toutes ces informations et ces conseils techniques.

Alors que beaucoup d’ateliers de confection ont fermé en France ces 30 dernières années, la marque a souhaité maintenir cette activité sans penser à délocaliser, maintenant ainsi des emplois vitaux tout en permettant une approche plus locale (pour la fabrication) et durable (pour la réparation) des pratiques de pleine nature. Aujourd’hui, Co.Te.Nor est le seul atelier français agréé Gore-Tex®. 

Que pouvez-vous faire réparer à l’atelier Co.Te.Nor ?

Vous pouvez y faire réparer votre veste, pantalon, t-shirt, gants, sous-vêtements, mais aussi sac de couchage, tente, bagage ou autre sac à dos.

Quelles prestations sont proposées par l’atelier Co.Te.Nor ?

  • Ourlets
  • Retouches (réparations d’accrocs, etc)
  • Pose et réparation de fermeture éclair
  • Entretien de vêtements techniques
  • Pose de poches

Tout autre demande peut être étudiée par l’atelier en fonction des besoins.

Comment procéder pour faire réparer son matériel par Au Vieux Campeur

  • Rendez-vous dans l’un des magasins de la franchise Au Vieux Campeur. Si votre ville comporte plusieurs adresses comme dans le célèbre “village” Au Vieux Campeur à Paris, choisissez l’enseigne qui correspond à la pièce à réparer.
  • Votre pièce sera diagnostiquée sur place et un devis vous sera proposé.
  • La prestation est réalisée dans les meilleurs délais.
  • Vous serez recontacté pour récupérer votre matériel lorsqu’il sera réparé.
  • Si vous n’avez pas de magasin près de chez vous, vous pouvez les contacter au 01 53 10 48 48.
Coffret RV

Recto Verso : le point de départ de l'aventure en France

Retrouvez cet itinéraire et plus d'une centaines d'autres dans nos packs d'extensions Recto Verso©

40.00€
Découvrir

Plus de guides en vous inscrivant à la Newsletter Recto Verso

On ne vendra jamais votre adresse. Newsletter envoyée toutes les deux semaines. Désabonnement en un clic.

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Partager

https://www.rectoverso.co/tutoriels/guide-reparation-entretien-materiel-outdoor

Merci d'avoir lu cet article

Cela fait 10 ans qu'on parcourt la France et l'Europe de long en large et en travers. Pour découvrir de nouveaux horizons par vous même et soutenir notre média, découvrez nos coffrets Recto Verso

Bivouac spontané
Photos :
Thomas Tissandier
En partenariat avec

Thématiques

Nantes, France

Directeur des contenus chez Recto Verso / Les Others, breton et fan de bikepacking. Donnez-moi du café si vous voulez me faire pédaler.

Partager

https://www.rectoverso.co/tutoriels/guide-reparation-entretien-materiel-outdoor

Découvrez 3 autres tutoriels

Tout savoir pour débuter l’alpinisme : le guide complet

Tout savoir pour débuter l’alpinisme : le guide complet

Un tutoriel réalisé par Mathias Riquier
Comment lire une carte IGN pour mieux s’orienter en randonnée ?

Comment lire une carte IGN pour mieux s’orienter en randonnée ?

Un tutoriel réalisé par Solene Roge
Randonner avec son chien : conseils et bonnes pratiques

Randonner avec son chien : conseils et bonnes pratiques

Un tutoriel réalisé par Clément Lucchesi